Anne Penders

Résidence Pytheas / Création / 2009-2010

Artiste Invitée : Anne Penders

L’exposition s’appelle « de Chine », d’où vient ton intérêt pour la Chine ?

Après avoir beaucoup « tourné autour » de la Chine, j’y suis finalement allée une première fois en 2001, puis en 2002/2003 et enfin en 2006.
Aujourd’hui, d’une certaine façon, je transporte la Chine avec moi.
Mais l’idée de travailler sur la Chine à Marseille n’est pas venue tout de suite.
La grande question pour moi (posée par le principe même d’une résidence en France) était plutôt comment continuer à travailler en Europe alors que mon travail a surtout été porté par l’Asie et l’Amérique du Nord, inspiré par les lieux traversés, habités sur des temps de passage plus ou moins longs (sachant que c’était « chez moi », de retour à Bruxelles, que je travaillais le matériau accumulé « ailleurs »).

Depuis plusieurs années j’avais envie de travailler sur l’Asie hors d’Asie. A Marseille, j’ai voulu développer ça et aussi l’idée d’immobilité. Ce que j’appelle l’immobilité : une forme de contemplation, que j’ai toujours transporté avec moi, partout.
Le lien entre les deux c’est fait à Marseille, et c’est comme si travailler sur la Chine ici me permettait de vivre en Europe … je sais pas comment dire autrement.

Et puis, ce qui m’a touchée aussi, c’est que je me suis rendu compte que ma vision de la Chine à Marseille, ou plutôt du côté chinois de Marseille, était partagée par des Chinois vivant ici - alors qu’il n’y a rien de vraiment tangible, ou explicable dans le fait que Marseille fait penser à la Chine …

Exposition à La Traverse en mai 2009 suite à une résidence écriture du lumière au Collège du Vieux-Port à Marseille

Partager