La Photographie en passant, dans les vitrines de la Rue de la République

Les vitrines de la rue de la République s’ouvrent à la photographie !

PROLONGATIONS JUSQU’AU 26 OCTOBRE !!!

Dans la lignée de l’installation « l’Art en passant » (réalisé par le musée Regard de Provence) « la Photographie en passant » propose de tisser des liens entre le grand public et la photographie contemporaine pratiquée à Marseille et dans le département des Bouches-du-Rhône.
5 artistes contemporains, qui inventent des univers particuliers vont transcender le rapport au quotidien et ainsi que la perception de l’espace urbain.
Il s’agit aussi de valoriser et présenter des actions faites pour les jeunes publics que ce soit à Marseille ou au sein de la métropole. Ces actions s’inscrivent dans une logique de partage, d’éducation aux images, et de valorisation des actions menées à travers tout le département.
Chaque artiste présente une série spécifique de son travail qui s’inscrira parfaitement dans le contexte particulier des vitrines de la rue de la République. Ainsi Olivier Rebufa pourra reconstituer son univers de prise de vue en studio, Hélène David nous faire appréhender son rapport au vivant, David Giancatarina présenter sa recherche sur la fixité et le mouvement dans ses natures mortes, Aurore Valade inscrire ses variations poétiques - et politiques- sur le vent et enfin Amaral et Barthes revisiter l’histoire de l’art de manière iconoclaste.

A voir du mois de février au mois de juin 2020 à l’angle de la rue de la république et de la rue de la Joliette, à deux pas du Centre Photographique !

Réalisé grâce au soutien du département des Bouches-du-Rhône
Image : L’Envol en chantier, 2014. Aurore Valade

PATRIMOINE COMMUN

Exposition ouverte les vendredi et samedi jusqu’au 24 Octobre de 14h à 19h
93 rue de la république

Et sur rdv.

Suite à la crise du COVID-19, une commande photographique exceptionnelle, réalisée grâce au soutien du département des Bouches du Rhône permet à 7
auteur.e.s du département de travailler cet été dans 7 communes du département,
toutes Capitales provençales de la Culture 2020.
Le jury de Patrimoine Commun, réuni le vendredi 17 Juillet 2020 au Centre
Photographique Marseille, a sélectionné sept artistes et leur projet parmi 28
candidatures.
Cette commande répond au double objectif de soutien à la création et aux artistes,
fortement fragilisé.e.s du fait de la crise sanitaire, et de valorisation du territoire
des Bouches du Rhône.

La présentation actuelle se veut une étape de travail qui met en avant à la fois la
démarches des auteur.e.s et les premières images produites.


Les images définitives feront l’objet d’un dépôt aux archives départementales et d’une exposition en 2021 à la Galerie d’Art du Département Cours Mirabeau à Aix-en-Provence.
Le Centre Photographique Marseille remercie le département des Bouches-du-Rhône
pour cette initiative et toutes ses équipes mobilisées sur le projet. Merci également
à tous les photographes et à toutes les personnes qui les ont accompagné.e.s dans les territoires.

Les lauréats et les communes :
Vincent Beaume : Saint- Cannat
Philippe Conti : Port Saint-Louis
Pierre Girardin : Venelles
Anne Loubet : Sausset-les-Pins
Franck Pourcel : Auriol Retour
Aurore Valade : Mollèges
VOST Collectif : Cassis

En haut : Franck Pourcel à Auriol
En bas : Aurore Valade à Molégès


Rencontre avec Arina Essipowitsch

La photographie d’Arina Essipowitsch, paysages et portraits, ne tient pas d’un tout-face, mais plutôt d’une équivocité, d’un pli, d’une complication, où elle donne autant à voir qu’elle ne cache et recouvre.

Une partie du travail photographique d’Arina Essipowitsch est faite d’éditions (souvent en collaboration avec Dominique Hille) qui joue de la simultanéité, de la fragmentation et du dépli des images et de leur manipulation par le lecteur. C’est cette partie de son travail qui l’inspire pour l’exposition Allochronotopie (Parallèles du Sud, Manifesta à la compagnie où elle réalise pour la première fois des images monumentales à l’échelle de l’architecture du lieu d’exposition.

Arina joue avec les contradictions et les articulations de papier qui font de la photographie un puzzle de pièces à l’envers et à l’endroit. Arina favorise les connections non pas entre le recto et le verso, mais entre passé, présent, futur, et c’est une nécessité incandescente qui fait ou défait ces plis, ces replis, et ces déplis. Une nécessité poétique qui n’attend pas d’apaisement, mais qui désire juste brûler encore et encore. Arina nous demande de la suivre sur le fil de la lame de rasoir d’une ligne labyrintique et infinie — celle d’un désir qui a l’éclat du fugace, de l’imprévu, du hasard, et le charme ensorcelé d’une réversibilité qui maintient le conflit au cœur du Un de l’image, de l’identité qui est et restera fragments mobiles, possibilités renouvelées de se re-composer.

En Partenariat avec la Compagnie

HABITER : La relève / Appel à Participation

Cet appel à projets est adressé à des artistes visuels issu.e.s d’une formation supérieure et diplômé.e.s depuis 3 ans maximum.
Le travail réalisé doit être en lien avec la thématique proposée.

Les artistes photographes (ou vidéo) sélectionné.e.s verront leur travaux exposés au Centre Photographique du 6 février au 6 mars 2021

Pour proposer un projet, envoyez une note d’intention, tout élément relatif au projet - y compris des éléments iconographiques - ainsi que votre curriculum vitae à :
lareleve@plateformeparallele.com
Plus d’info dans le document ci-joint.